Sambicoffee / Filière café

 

TOUT D'ABORD LES LEGENDES

 

L'histoire du café en général repose sur principalement 2 légendes.

 

La première raconte l’histoire d’un berger, Kaldi, qui avait été surpris par la vivacité et l’énergie de ces chèvres après que celles-ci aient mangé les baies rouges d’un arbuste inconnu. Kaldi apporta ces fruits rouges aux moines d’une abbaye toute proche. Les moines les firent bouillir et constatèrent que plus ils buvaient de leur étrange breuvage, plus ils pouvaient rester facilement éveillés pour prier.

 

La seconde veut que l’archange Gabriel offrit cette boisson à Mahomet pour lui permettre de prier sans être vaincu par le sommeil. Se sentant mieux, Mahomet l’appela « qahwa ». (kahwa en arabe désigne un excitant) La boisson est tellement bonne et miraculeuse que le peuple arabe l’adopte en tant que coutume pour en faire un usage quotidien.

 

Des plantations de café sont introduites dans les colonies, ainsi qu’au Burundi. Les deux principales espèces de caféiers sont : l’Arabica et le Robusta.

ENSUITE DU CAFEIER AU FRUIT

 

Une tasse de café ne peut se déguster que grâce à un long processus. L'arbuste s'appelle le caféier. La floraison donne des fruits d'abord verts et puis la maturité se réalise par un fruit bien rouge.

 

Au Burundi, la cueillette est totalement faite à la main ce qui garantit une très bonne qualité de la récolte.

 

En effet, les cueilleurs ne prennent que les fruits que quand ils sont parfaitement mûrs et rouges.

 

Cette technique est très efficace et oblige une récolte quotidienne.

 

Ailleurs dans le monde, il existe aussi la méthode de l’égrappage.

 

C'est une méthode de récolte beaucoup plus rapide et beaucoup moins sélective ce qui entraîne des cafés de moins bonne qualité.

 

L’égrappage consiste à cueillir l’ensemble de la grappe de cerises sur les caféiers manuellement ou même à l’aide de machines. Ce procédé implique que les fruits mûrs sont mélangés à des fruits beaucoup moins mûrs.

 

Après la récolte, vient le temps du triage au cours duquel les cerises sont séparés de tous les déchets inutiles issus de la cueillette : branchages, fleurs, feuilles. Ensuite, il faut procéder à l’extraction des grains du fruit (extraction du noyau du café cerise). Ici également 2 méthodes bien distinctes l’une de l’autre peuvent être utilisées. Chacune des méthodes a une incidence sur le coût et la qualité des cafés.

LES ETAPES DE TRANSFORMATION DE LA FILIERE CAFE

Il existe 2 traitements différents des cerises rouges:

 

Le café coque est obtenu par séchage qui consiste à étaler les fruits au soleil et à les retourner par ratissage régulièrement. Par cette méthode le café obtenu est dit café naturel.

Le café fully washed qui est obtenu par le lavage. Le lavage consiste à placer les fruits dans de grandes cuves remplies d’eau, ensuite à les passer dans différents tamis pour retirer la pulpe. Cette méthode beaucoup plus chère permet d’obtenir des cafés dits cafés lavés de qualité supérieure.

 

Pour Plus d'infos, Cafex l'Usine de dépulpage - lavage est spécialisée dans les cafés de specialité naturels et les cafés Fully Washed de haute qualité.

Une fois un des ces 2 processus de séchage ou de lavage effectués, il faut encore soit décortiquer le café coque, obtenu par séchage, soit déparcher le café parche, obtenu par lavage. Cest à ce moment qu'intervient les usines de déparchage.

 

Pour plus d'infos sur le fonctionnement d'une Usine de déparchage, voyez Ikawa Nziza

 

La dernière étape qui permet d'obtenir une délicieuse tasse de café est la torréfaction des grains de café vert..

 

Pour Plus d'infos, Sambi Torréfaction

 

Adresse: Email: Nous suivre:

 

Bujumbura, Burundi info@sambicoffee.com

 

Copyright © All Rights Reserved Sambicoffee.com